A Maroua,un atelier pour comprendre et prévenir l’Apatridie

 Le HCR Cameroun, à travers sa Sous-délégation à Maroua, a tenu un atelier de formation sur la Prévention de l’Apatridie à l’intention des autorités administratives, judiciaires et de police de la Région de l’Extrême-Nord. 

Cette formation s’inscrit dans la continuité de la campagne décennale visant à éradiquer l’apatridie lancée en 2O14 par le HCR. Elle visait principalement le renforcement des capacités des différentes autorités compétentes impliquées dans la lutte contre les situations prolongées d’apatridie et dans la prévention des nouveaux cas d’apatridie de masse.
L’atelier qui a regroupé 35 administrateurs et spécialistes du Droit, avait également pour objectif la vulgarisation des procédures de détermination du statut des apatrides afin d’améliorer les mécanismes d’identification et de prévention tels que stipulés dans les Convention de 1954 et 19611.
Au cours des deux jours d’atelier, les discussions ont porté entre autres sur le mandat du HCR en matière d’apatridie et de réduction des cas d’apatridie. Les participants ont été édifiés sur les instruments juridiques, les outils d’identification des apatrides ainsi que sur les situations pouvant conduire à des risques d’apatridie. Au terme des travaux de groupes, les participants ont élaboré un plan d’action sur l’identification des personnes à risque d’apatridie et sur les mécanismes d’éradication des risques d’apatridie dans la Région de l’Extrême-Nord.
La Campagne visant à mettre un terme à l’apatridie a été lancée à l’occasion du 60e anniversaire de la Convention de 1954 relative au statut des apatrides dans le monde. Déjà en novembre et décembre 2016, 60 magistrats de la Région de l’Extrême-Nord ont été formés sur la protection internationale et développé les thèmes spécifiques à la prévention de l’apatridie. En 2017, des évaluations conjointes des personnes à risque d’apatridie ont été menées dans la Région de l’Extrême-Nord par le HCR et le gouvernement.