Bafoussam:Manœuvres pour maintenir un journaliste en prison

L’affaire du journaliste Lewis  Medjo,directeur de publication du très sérieux hebdomadaire La Détente Libre contre l’avocate et député Fotso, a été mise en délibéré  pour le 11 ami 2017.

De notre envoyé spécial à Bafoussam,Gabriel Youbi

L’audience du 13 avril 2017 a donné l’occasion au ministère public d’affirmer n’avoir pas pris connaissance du dossier depuis le renvoie du 13 mars. Lorsque l’affaire est appelée ce jeudi 13 avril 2017, le président du Tribunal rappelle qu’elle « avait été renvoyée la 13 avril 2017 pour les réquisitions du ministère public relativement à l’irrecevabilité de l’opposition formulée par Lewis Medjo ».

Le Directeur de Publication de l’hebdomadaire « La Détente Libre » soutient son opposition par le fait de n’avoir jamais assisté à une seule audience, contrairement à ce que dit la « Décision » où il est mentionné le caractère contradictoire. Le journaliste précise, précision renforcée par son avocat maitre Tassa, qu’il n’a jamais rencontré à Yaoundé l’huissier que la l’opposition de maitre Fotso dit lui avoir signifié à Etoa Meki le 31 janvier 2013 ; sa convocation à comparaitre. Au lieu de présenter ses réquisitions comme sollicité par le président du Tribunal, le Procureur de la République va avouer ne l’avoir pas, sur le champ. Il demandera à avoir une copie de la décision du 03 juin 2015. Avant de solliciter faire ses réquisitions en cours d’audience. C’est donc pendant que l’audience se déroulait qu’il va hâtivement parcourir la décision, le temps même pour le président de suspendre l’audience pour 30 minutes, pour lui permettre de formuler ses réquisitions. Avant de suspendre l’audience, Lewis Medjo aura eu le temps de dire que le jour dont on dit lui avoir servi un document à EtoaMeki à Yaoundé, il était en réunion à Douala pour préparer l’état des salaires des ses employés ; après avoir eu une réunion à Messapresse. Son avocat va s’insurger de ce que la décision ait été écrite contradictoire alors que le prévenu n’a même jamais comparu pour n’avoir jamais été signifié d’une quelconque procédure. A la reprise de l’audience, le procureur va déclarer s’aligner à la position de l’avocat de maitre Fotso qui affirmait que Lewis Madjo a été informé au quartier Etoa Meki à Yaoundé ; dans la capitale politique camerounaise. Sans dire ni si c’était son domicile encore moins le siège du journal dont il est le patron. L’affaire a été mise en délibéré sur cet aspect pour délibéré pour le 11 ami 2017

 




One thought on “Bafoussam:Manœuvres pour maintenir un journaliste en prison

Comments are closed.