Bamenda:Les évêques appellent chrétiens à investir le tribunal, le 21 avril

En réponse à la citation directe donc ils font l’objet, les prélats ont commis,  dimanche de Pâques,un  communiqué dans lequel ils accusent réception de la convocation du Tribunal de Première Instance de Bamenda et en appellent à leurs fidèles.

De notre correspondant à Bamenda,Julius Essong

Cornelus Fontem Esua

« Cette citation n’est pas seulement adressée aux évêques et aux principaux des établissements visés, mais à vous tous, en particulier les parents sous le contrôle desquels l’Eglise ouvre et gère les établissements scolaires »; écrivent Mgr Cornelus Fontem Esua, archevêque de Bamenda, et son évêque auxiliaire, Mgr Michael Miabesue Bibi.

Avant d’appeler au calme et à la prière,les évêques du diocèse de Bamenda précisent que: « Nous devons être là pour répondre de ces accusations… Nous vous demandons néanmoins de rester calmes et pacifiques en ces moments difficiles. Nous continuons à compter sur vos prières pour un dialogue plus constructif et une solution vraie et durables de nos problèmes socio-politiques », peut-on lire.

Si les évêques reprennent les sept chefs d’accusation qui pèsent contre eux, ils se donnent aucune forme d’explication.

Mgr George Nkuo n’est pas signataire de ce communiqué. L’évêque de Kumbo est pourtant lui aussi cité à comparaître dans cette affaire. Qui plus est, il est le président en exercice de la Bamenda Province Episcopal Conference (BAPEC), sous la bannière de laquelle les évêques se sont exprimés.

Il est reproché aux hommes d’église leur vision populiste des problèmes que connait la zone anglophone, « nos problèmes sociopolitiques ».




2 thoughts on “Bamenda:Les évêques appellent chrétiens à investir le tribunal, le 21 avril

  1. Bidjeke tonye andre

    Regrettable, vraiment regrettable.
    Quand de millions d’élèves sont privés d’éducation et surtout lorsque des milliers de parents pleurent pour les grosses pensions payees ds les etablissement catholiques et qui ne leurs seront pas remboursees, les évêques profitent de l’occasion et se taisent. Mais quand ils sont convoqués ils appelent au secour ces parents dont ils ignorent la soufrance.
    Dites comprenez vs quelque chose à cela? Moi je n’y comprend rien.
    Et il faut les appeler hoes de Dieu

  2. Dongmo Stéphanie

    Je suis désolée mais il faut au moins s’informer avant de réagir. Que des parents réclament des indemnités à l’archidiocèse de Bamenda des indemnités sous le prétexte que les cours n’ont pas été dispensés, c’est ça qui est scandaleux et regrettable.
    Toutes les écoles de la région ont été victimes de la crise anglophone et l’Eglise ne saurait en être responsable. L’Eglise qui a toujours défendu la justice, la paix et la cohésion sociale ne va pas se soumettre elle-même à une injustice.

Comments are closed.