Ces battantes qui veulent changer le Cameroun

 

Le lancement solennel des activités de la Cameroon women business leaders association (Cwbla) dans la région du Centre a eu lieu le 14 juin 2017à Yaoundé.Compte rendu.

Correspondance particulière,Jean Claude FOUDA

La cérémonie officielle placée sous l’égide du Premier Ministre chef du gouvernement Philémon Yang, représenté par Laurent Serges Etoundi Ngoa, Ministre des petites et moyennes entreprises, de l’économie sociale et de l’artisanat, a battu le record mobilisation.

Les manifestations qui avaient pour cadre l’hôtel Hilton de Yaoundé, ont connu la présence de nombreux invités de marque. Issa Tchiroma Bakary, Ministre de la communication ; Marie-Thérèse Abena Ondoua de la promotion de la femme et de la famille ; le gouverneur de la région du Centre Nasseri Paul Béa ; le sultan des bamouns Ibrahim MbomboNjoya ; des chefs de missions diplomatiques, des directeurs généraux et autres responsables d’administration outre les invités les uns aussi prestigieux que les autres, et en majorité constitué de femmes.

Il est pratiquement 11h45, lorsque le ministre Laurent Serges Etoundi Ngoa et sa suite, précédés par la Présidente-fondatrice Adelaïde Ngalle-Mianode la Cwbla, amorcent l’entrée de l’auguste salle des cérémonies du Hilton hôtel. Après les civilités d’usages, l’exécution de l’hymne national en Français et en Anglais, place est rapidement faite au clou des manifestations, rythmées par la chorale universitaire de Yaoundé I.

C’est donc sous une interprétation de la célèbre chorale « la voix du cénacle », que la Présidente-Fondatrice va s’avancer vers le pupitre pour délivrer son message. Non sans avoir au préalable interpeller ses compagnes dans un « cri de guerre ». De son adresse à l’assemblée, l’on retiendra que la Cwbla est une association de droit camerounais, apolitique, à caractère professionnel et patronal, à but non lucratif dont l’objet se résume en six points essentiels : l’encadrement des adhérentes en vue d’une meilleure maîtrise de l’environnement économique, juridique et réglementaire ; l’accompagnement des pouvoirs publics à l’amélioration du cadre législatif et réglementaire de l’entrepreneuriat féminin ; la recherche et l’apport des appuis multiformes à l’entrepreneuriat féminin jeune ;l’accompagnement des femmes entrepreneures  et leaders dans la maîtrise des évolutions managériales et nouvelles techniques professionnelles avec l’appui des partenaires; la promotion et l’encadrement des échanges entre les femmes entrepreneures et leaders camerounaises, entre autre.

Le plan d’action pour les jours à venir étant axé sur : les recherche des partenariats, la visibilité et la crédibilité de la femme entrepreneure camerounaise, le lancement d’un projet d’incubation et le renforcement régulier des capacités des adhérentes.

Loin d’un simple slogan creux, « les amazones » ont visiblement les moyens de leur politique. Elles qui pour la plupart sont des chefs de leurs propres entreprises. Elles ont tout aussi la même vision, celle de fédérer autour d’elle toute la gent féminine consciente de sa force de contribution à l’édification de l’économie nationale.

La mobilisation quasi-totale de toutes ces personnalités qui ont fait le déplacement, est ainsi une preuve supplémentaire, si besoin en était de le prouver qu’elles ont réussi à cristalliser toutes les attentions en ce jour ô combien mémorable.

Et la présence du représentant personnel du Premier ministre, témoigne à suffisance de la sollicitude sans faille du gouvernement tout entier à l’endroit de la Cwbla. En réponse à leurs doléances, Laurent Serge Etoundi Ngoalors de son discours de circonstance en a profité d’ailleurs pour rassurer ces femmes d’affaires au nom du Chef du gouvernement. « Il est désormais possible de créer une entreprise en 72 heures au Cameroun. Par ailleurs, la banque des petites et moyennes entreprises, n’est pas en faillite et octroie des crédits. Les procédures de création d’entreprise sont tout aussi simplifiées quelques soit l’endroit où vous vous trouver… », va-t-il souligné. Surfant entre félicitations, conseils et remarques, le ministre Laurent Serge Etoundi Ngoane manquera pas de clore son propos par la phrase consacrée : « Je déclare les activités de la Cameroon women business leaders association lancées dans la région du Centre ».

La suite du programme est ponctuée par des félicitations, des youyous et un cocktail maison. L’histoire retiendra que c’était un 14 juin  2017. Et ce fut un franc succès !