CE QUE LE COUPLE CAMTEL-HUAWEI EST ALLE FAIRE A L’AMBASSADE DU BRESIL

  • Les Directeurs Généraux de CAMTEL et de HUAWEI Technologies Cameroun,
    ont été reçus en audience le 20 juillet 2017, par l’Ambassadeur du Brésil au
    Cameroun. A l’ordre du jour, le projet SAIL.
    Les échanges ont porté sur l’état d’avancement du projet de pose du
    câble sous-marin entre Fortaleza (Brésil) et Kribi (Cameroun). Dès l’entame,
    le Directeur Général de Camtel a indiqué que le projet se déroule suivant le
    chronogramme arrêté. Il a expliqué que le montage financier est bouclé. Le
    Survey des fonds marins et les différentes études de faisabilité sont
    également terminés. Reste que les activités de fabrication du câble sous-
    marin et d’intégration des répéteurs sont réalisées à environ 55 %.
    A son, le DG de Huawei Technologies Cameroon, a dit que le South
    Atlantic Inter Link (SAIL) est un projet qui retient particulièrement l’attention
    du Chef de l’Etat camerounais, S.E. Paul Biya, qui en a demandé des
    comptes rendus réguliers, afin de s’assurer des évolutions constantes.
    Globalement, SAIL évolue plutôt bien. Les deux DG l’ont confirmé à
    Sergio Couri Elias, en même temps qu’ils ont rappelé la volonté du
    consortium à voir le gouvernement brésilien s’impliquer davantage à la mise
    en œuvre définitive d’un partenariat solide au sein des membres
    propriétaires du SAIL. Le DG de Camtel s’est souvenu de l’intérêt que les
    autorités brésiliennes avaient manifesté à ce projet, lors de la visite de
    présentation faite à Sao Paolo et Fortaleza. Aussi, sont-ils venus solliciter de
    son Excellence Monsieur l’Ambassadeur du Brésil de plaider pour l’obtention
    de l’adhésion de son pays au Consortium SAIL mis en place par Camtel et
    China Unicom. Doléance qui n’a pas laissé Sergio Couri Elias indifférent.
    Celui-ci a regretté cette absence. Même s’il a bien voulu la justifier entre
    autres par une conjoncture difficile à laquelle son pays fait face, et d’autre
    part, l’existence d’un projet similaire porté par l’Angola. Il a néanmoins
    rassuré ses visiteurs et le Cameroun de sa disponibilité à appuyer la mise en
    œuvre du SAIL.
    Il faut rappeler que le souci du consortium SAIL de s’implanter au
    Brésil est affirmé par toutes les parties. Une filiale de China Unicom, encore
    appelée China Unicom do Brasil qui travaille étroitement avec Huawei Bré sil
    pour la finalisation des travaux d’atterrissement du câble, est opérationnelle.
    Cette activité intense dénote de la détermination des responsables du SAIL, à
  • respecter sans fioriture, les délais de mise en service de ce câble sous-marin
    prévus pour le début du quatrième trimestre de l’année 2018.