La face cachée du magistrat révoqué

L’agence digitale lescoopsducamer.com vous propose deux portraits du magistrat révoqué  jeudi soir, par le Président de la République Paul Biya.

 

Pascal Magnaguemabe: Itinéraire d’un juge d’instruction controversé

Par Jean François CHANNON (© Le Messager) 07.09.2012

 

Le magistrat Pascal Magnaguemabe très redouté depuis quelques années est un homme au parcours assez troublant.

 

Pascal Magnaguemabe commence vraiment sa carrière de magistrat à Mora dans le département de Mayo-Sava, il y a à peu plus de deux décennies. Il est alors juge dans l’une des juridictions locales. Son plus grand dossier à l’époque fut le dossier de la succession de Mahamadou Lamine. Le jeune magistrat s’en est sorti tant bien que mal. Le Mayo Sava est le département d’origine d’un certain Amadou Ali. Le natif de l’arrondissement de Kolofata, ancien ministre de la Justice, et actuel vice Premier ministre, ministre délégué à la présidence chargé des relations avec les Assemblées est un homme d’une popularité construite et imposée dans son fief. Des sources indiquent que cet homme politique que l’on dit rusé est d’une intelligence pratique. Il sait amener à lui les hommes qui comptent et qui demain peuvent lui être utiles. Tous les fonctionnaires qui ont été en poste dans le Mayo Sava, depuis qu’il est entré au gouvernement de la République, ont bénéficié de sa bienveillance. Il se dit que jusqu’à ce jour, Amadou Ali, dont on ne peut pas vraiment douter d’avoir des ambitions politiques nationales, auraient l’habitude bien humaine d’inviter ou de recevoir à chaque fois qu’il se trouve dans son fief de Kolofata, l’ensemble des serviteurs de l’Etat en poste dans le Mayo Sava pour des réceptions aux buffets bien généreux. Certainement que le magistrat Pascal Magnaguemabe, comme tous les autres fonctionnaires qui sont passés dans le Mayo Sava, aurait fait la connaissance particulière de Amadou Ali au moment où il servait à Mora.

Interdiction de sortie à Marafa

Après un passage à Yabassi dans le Nkam, Pascal Magnaguemabe prend des galons lorsque Amadou Ali devient Minjustice. Il est nommé substitut du procureur auprès du tribunal de grande instance du Mfoundi, puis en même temps juge d’instruction à la faveur d’une réforme judiciaire intervenue entre temps. Il hérite alors de certains dossiers des affaires de l’Opération Epervier, notamment celle de l’affaire albatros, du nom d’un avion présidentiel acquis en 2003 dans des conditions peu élucidées, de l’affaire du Bbj, autre avion présidentiel qui a alimenté la controverse, et de la deuxième affaire Titus Edzoa, dont il va rendre une ordonnance de non lieu partiel fortement débattue. Au fil des ans, Pascal Magnaguemabe apparemment soutenu par la chancellerie sous Amadou Ali devient incontournable. Tout comme il va grandir en puissance au point de devenir quelque peu incontrôlable dans la juridiction où il officie. Des confidences au Palais de justice de Yaoundé Centre administratif avancent qu’à un moment donné, le président du tribunal de grande instance du Mfoundi, le magistrat Gilbert Schlick semblait quelque peu le redouter compte tenu de sa proximité avec l’ancien Minjustice. Pascal Magnaguemabe ne se laisse pas intimider ni influencer pour imposer son autorité de juge d’instruction. C’est ainsi que en instruisant le dossier de l’affaire de l’avion présidentiel du Bbj, il ira jusqu’à interdire Marafa Hamidou de sortir du territoire national alors ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation. L’ancien Minatd va se plaindre auprès du président de la République contre ce « magistrat téméraire ». Pascal Magnaguemabe est traduit au conseil supérieur de la magistrature. On pense que s’en est fini pour lui. Mais comme un sphinx il va rester en place et rebondir.

Déchéance ?

En décembre 2011, le vice-Premier ministre Amadou Ali change de porte feuille. Le ministre d’Etat Laurent Esso quitte le secrétariat général de la présidence de la République pour le ministère de la Justice. En fait l’arrivée de cet ancien magistrat du parquet ne semble pas être un hasard. Certainement que Paul Biya s’est rendu compte du caractère de la gestion quelque peu politique des dossiers de l’Opération Epervier. En effet, Amadou Ali, à un moment donné a passé le temps, à terroriser ses collègues du gouvernement et du système en quantifiant les dossiers de l’Opération Epervier. Une agitation pratiquement inconvenante avec le système judiciaire. En magistrat hors hiérarchie nantie d’une expérience irréfutable, Laurent Esso commence par demander aux magistrats de prendre leurs responsabilités. Quand arrive l’affaire Marafa avec la convocation, puis l’arrestation et la mise sous mandat de dépôt à la prison centrale de Kondengui de l’ex-Minatd, Pascal Magnaguemabe qui conduit l’instruction se retrouve sur la sellette. Il croit tenir le bon bout. Mais c’est sans compter avec la réaction du camp d’en face. Marafa qui l’accuse (preuve à l’appui) de l’avoir autrefois approché pour négocier sa disculpation dans l’affaire le récuse. Mais en vain. Pascal Magnaguemabe continue d’instruire à charge malgré les questions que l’opinion se pose désormais. En fait, cette rumeur de « comportement qui bafoue la déontologie du métier de magistrat » relevé chez le juge Pascal Magnaguemabe dans l’affaire Marafa se posait déjà dans l’esprit de certains de ses collègues. Comment expliquer que le juge Pascal Magnaguemabe ait pris sur lui d’entrer en « négociations » avec le suspect qu’était alors Marafa Hamidou Yaya comme l’indiquent les demandes d’audiences signées de sa main et rendues publiques récemment par certains médias ? La question était d’autant plus lancinante au sein du corps des magistrats que lors du vaste mouvement dans la magistrature initié par le ministre d’Etat Laurent Esso, Pascal Magnaguemabe a été maintenu à son poste de juge d’instruction auprès du tribunal de grande instance de Yaoundé. Mais plusieurs mois après, compte tenu des éléments dont il est le seul juge d’opportunité, le Minjustice a choisi de le dessaisir des dossiers de l’Opération Epervier au profit du juge d’instructions du Tribunal criminel spécial (Tcs). Sur le plan légal le désistement est dans les délais, le Tcs doit sera opérationnel dès le 16 octobre prochain. Mais la question que beaucoup se pose dans les milieux judiciaires est celle de savoir comment un juge d’instruction qui a été légalement dessaisi des dossiers par sa hiérarchie au profit d’une autre juridiction peut-il s’offusquer au point d’écrire de manière confidentielle au président de la République ? Autrement dit, le juge d’instruction Pascal Magnaguemabe avait-il d’autres motivations dans ces dossiers qu’il traitait ? Il est certain que pour avoir choisi « d’écrire sur sa hiérarchie », le juge Pascal Magnaguemabe sait demain qu’il peut s’attendre à des problèmes. La riposte d’un homme aussi froid que Laurent Esso, habitué à gérer les intrigues dirigées contre lui au sein du sérail pourrait être foudroyante. A moins que…

 

………………………………

 

PASCAL MAGNAGUÉMABÉ: Voici le Juge récusé par Marafa et Mebara

 

Par BORIS BERTOLT | Mutations 17 Mai 2012

 

S’il y a aujourd’hui un juge au Cameroun qui, au rayon de la célébrité et de notoriété, rivalise au sein de l’opinion avec le premier président de la Cour suprême, Alexis Dipanda Mouelle, c’est certainement Pascal Magnaguémabé, le juge d’instruction près du Tribunal de Grande Instance du Mfoundi. «A la prison centrale de Yaoundé à Kondengui, certains détenus l’ont surnommé «La terreur». Au parquet, même les vendeurs d’imprimés confessent avoir du mal à s’approcher de son bureau, situé dans un bâtiment surnommé «Guantanamo», du nom de la célèbre prison américaine pour terroristes basée sur le territoire de Cuba. Son chef de sécurité, son chauffeur et sa secrétaire constituent l’essentiel de son équipe de travail. En ce lundi, 14 mai 2012, des policiers accompagnant un détenu sont en faction devant son cabinet, attendant patiemment que le juge achève sa journée de travail. Ces éléments des forces de maintien de l’ordre semblent habitués à ces lieux plutôt glauques, pour le premier venu. C’est pourtant ici que Pascal Magnaguémabé décide du sort de nombreux justiciables. Et pas des moindres. Haut d’environ 1,70m, ce quinquagénaire, ancien vice-président du Tribunal Militaire de Yaoundé, est «un homme redouté», souffle une source au Tgi. Pas pour sa fonction, mais parce qu’il est au cœur de l’«Opération épervier». C’est lui qui a instruit les dossiers de Jean-Marie Atangana Mebara, ancien Secrétaire Général à la Présidence de la République, d’Ephraïm Inoni, ancien Premier ministre, Marafa Hamidou Yaya, ancien ministre de l’Administration territoriale, Jérôme Mendouga, ancien ambassadeur du Cameroun aux Etats-Unis, Yves Michel Fotso, ex-administrateur directeur général de la Camair et Pdg de la Commercial Bank of Cameroon (Cbc), Titus Edzoa, ancien secrétaire général à la présidence de la République et l’homme d’affaires Thierry Michel Atangana. Il a contribué à la formation de ce que l’opinion publique désigne aujourd’hui comme le «gouvernement carcéral» de Kondengui. Et il semble s’en vanter. «Quand je suis entré dans son bureau, il m’a demandé si je le connaissais. J’ai répondu par la négative, et il m’a dit : « Moi, je mets les ministres en prison comme je veux »», confie une victime de ses décisions. Rien ne prédestinait pourtant ce ressortissant de l’arrondissement de Ndikinemeki, dans le Mbam-et-Inoubou, à un tel destin. En effet, Pascal Magnaguémabé est un produit de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (Enam) de Yaoundé, promotion 1985. Dans le livre d’or de cette prestigieuse institution, édité en 2008, son nom pointe au 45ème rang sur un effectif total de… 45 élèves. Parmi ses camarades de promotion, on peut citer Michel Ange Angouing, actuel ministre de la Fonction Publique, (41ème rang) et un certain Yap Abdou (18ème), aujourd’hui conseiller à la Présidence de la République, récemment nommé Président du Tribunal Criminel Spécial. Deniers publics «Enamarque» frais émoulu, Pascal Magnaguémabé est affecté à Mbanga, puis à Douala avant d’être muté à Yaoundé. Très vite, il recevra ce qu’il considère, selon des proches, lui-même comme «une affectation disciplinaire» à Mora. D’après des confidences récemment révélées par Marafa Hamidou Yaya, dans sa lettre de récusation de ce juge, cette affectation faisait suite à sa gestion d’un dossier concernant un litige foncier lié à la succession de l’ancien ministre Mohaman Lamine. Dans cette affaire, le Juge Magnaguémabé aurait tranché en défaveur du proche d’un haut magistrat originaire du Nord. Ce qui lui a valu son affectation à Mora. Toujours selon M. Marafa, c’est Amadou Ali, alors vice-Pm en charge de la Justice, qui le ramènera à Yaoundé comme substitut du procureur. Très vite, l’ancien garde des Sceaux, qui a une confiance absolue en son «poulain», commence à lui confier les dossiers les plus délicats de la justice camerounaise. L’un des premiers fut l’affaire Titus Edzoa, du nom de l’ancien Sg/Pr incarcéré depuis 1997 au secrétariat d’Etat à la défense (Sed) pour détournements de deniers publics. Dans cette affaire, Pascal Magnaguémabé – un nom qui, en banen (sa langue maternelle), signifie «la mauvaise Male de palmiste» – crée un tollé dans le sérail. Le 23 octobre 2008, ce juge instructeur rendra courageusement une ordonnance de non lieu partiel. Cette décision ordonne la levée du blocage de ses comptes bancaires. L’ordonnance du 23 octobre établit également l’innocence de Titus Edzoa sur trois (3) des cinq (5) chefs d’accusation préalablement retenus contre l’ancien Sg/Pr et homme de main du Prince. Selon des confidences crédibles, le juge Magnaguémabé se fera tirer les oreilles par sa hiérarchie, avant que l’ordonnance ne soit rectifiée. En 2010, Pascal Magnaguémabé fait encore plus fort. Enquêtant sur l’implication de plusieurs hautes personnalités dans l’affaire concernant l’achat d’un avion présidentiel, il demande au délégué général de la Sûreté nationale de l’époque, Emmanuel Edou, de procéder au retrait du passeport du tout-puissant ministre de l’Administration territoriale, Marafa Hamidou Yaya. Il faudra l’intervention du chef de l’Etat, Paul Biya en personne, pour que la mesure du magistrat soit levée. Depuis quelques mois, la crédibilité du célèbre juge semble cependant s’effriter sous l’effet de révélations accablantes sur son éthique professionnelle. La plus fulgurante des révélations est venue de Marafa Hamidou Yaya, dans sa lettre de récusation du 16 avril dernier. L’ancien Minatd écrit: «Monsieur Magnaguémabé Pascal me dit entre autre qu’il s’occupe du dossier Albatros. Qu’il voulait que nous nous « arrangions » et que, si j’en avais convenance, il pourrait m’aider si je me montrais « compréhensif ».» Quelques jours plus tard, c’était au tour des avocats de Jean Marie Atangana Mebara de récuser le juge Magnaguémabé. Les avocats de l’ancien Sg/Pr dénonçaient, en effet, son «absence d’impartialité». Fréquentations En plus de ces détenus Vip de la prison centrale de Kondengui, deux autres justiciables ont récemment saisi le ministre de la Justice, Laurent Esso, pour dénoncer l’«affairisme» du magistrat. Il s’agit de Jean Pierre Oum Oth, un opérateur économique qui accuse Pascal Magnaguémabé de l’avoir spolié de tous ses biens en échange d’une liberté qu’il n’a pas encore recouvrée. Quant à Marcel Tchuisseu, organisateur du Forum baptisé Cameroon Days, tenu à Lagos, le juge du Tgi du Mfoundi l’a «arbitrairement» jeté en prison après avoir été «instrumentalisé» par son frère consanguin, Blaise Wandji, avec qui il a une querelle de succession. «Dans son bureau, on m’a seulement mis les menottes et demandé de monter dans une fourgonnette. Je ne savais pas où on me conduisait. C’est lorsque j’ai vu écrit sur le fronton d’une grande bâtisse « prison centrale de Yaoundé », que j’ai su que j’étais mis en détention», déclare M. Tchuisseu. Pourtant, des magistrats que Pascal Magnaguémabé a encadrés comme stagiaires voient en lui un homme «intègre et droit». Au quartier Efoulan, où il réside, ses voisins le décrivent comme quelqu’un de «très simple, ouvert et décontracté». Marié à une ressortissante suisse, il est père d’une fille âgée d’une dizaine d’années. Son parking, souffle un voisin, compte trois véhicules dont une Mercedes de type ML dernier cri. Comme de bien entendu ce magistrat est un passionné de droit et de lecture. Il est d’ailleurs enseignant à l’Enam. Sa bibliothèque personnelle, croit savoir une source proche, compte plus 500 de livres. Parmi ses fréquentations, figurent le magistrat Jean Foumane Akame, le tout-puissant conseiller juridique du président Biya et secrétaire permanent du Conseil supérieur de la magistrature. Et, tout naturellement, le ministre Amadou Ali, présenté comme son mentor. Depuis près de… 12 ans, soulignent des proches, Pascal Magnaguémabé construit sans discontinuer une villa au quartier Olembé à Yaoundé. Féru de l’élevage, cet homme qui a la réputation de ne pas lire les journaux camerounais entretient délicatement une porcherie, dont les installations, révèlent des sources, feraient pâlir d’envie les habitants des quartiers chics de la capitale camerounaise. «Ce magistrat, commente un observateur, a intérêt à prendre sérieusement en compte les accusations qui sont portées contre lui depuis quelques temps dans l’instruction des affaires. Dans un pays comme le Cameroun, il n’est pas exclu qu’il se retrouve un jour en prison, après y avoir envoyé beaucoup de personnes auparavant, parfois avec un peu de zèle.»