La nationalité camerounaise en danger !

Dans une correspondance datée du 09 novembre 2017 adressée  au Délégué général à la sureté nationale,la Commission indépendante contre la corruption et la discrimination  s’interroge sur la fiabilité des services de la carte nationale d’identité ; placés sous la supervision et le commandement du DGSN.

Par Noelle Lafortune

Selon le président de la commission,le professeur Jean Claude Shanda Tonme : « En effet, lors du lancement du nouveau processus de délivrance de la carte nationale d’identité, avec de surcroît un nouvel opérateur, il avait été annoncé à grands frais, que la nouvelle carte serait plus sécurisée voire entièrement, complètement et radicalement préservée de toute magouille ».

Le Médiateur universel constate que :«hélas, l’actualité récente de la lutte contre le terrorisme et la grande criminalité internationale sur notre territoire, apporte amplement des preuves contraires. IL y avait d’abord cette histoire du commissariat du 15ème arrondissement de Yaoundé, où un commissaire de police délivrait contre forte rétribution, des cartes à des ressortissants des pays des Grands Lacs. Voici que nos braves soldats en opération sur le front de l’extrême nord, mettent la main sr un grand chef terroriste portant une carte nationale d’identité camerounaise ».

En tout état de cause, la Commission souhaiterait, non seulement que des mesures additionnelles plus rigoureuses soient édictées, mais par ailleurs, que les auteurs de cette trahison nationale soient présentées à la presse.

SHANDA TONME  constate enfin, que : «  cet événement montre à quel point, l’éthique a foutu le camp dans de larges secteurs de notre société où dorénavant, des agents de l’Etat sont disposés à vendre le drapeau du pays et à sacrifier tous ses emblèmes, dans leur quête d’enrichissement illégal ».

La Commission indépendante contre la corruption et la discrimination  réitère sa sincère considération, et exprime son indéfectible soutien citoyen dans l’entreprise de modernisation et d’équipement de la police camerounaise./.