BREAKING NEWS
Don d’ordinateurs : enfin, des ordinateurs pour les étudiants des universités de Bamenda, Dschang, Buéa et Douala. Semaine émouvante pour des étudiants des quatre autres universités qui ont reçu cette semaine leurs ordinateurs du don du chef de l’Etat. C’est à la faveur de l’arrivée de 100 000 machines pour le troisième contingent. Mieux vaut tard que jamais, est-on tenté de le dire. Les étudiants des universités de Bamenda, Dschang, de Buéa et Douala récoltent le fruit de la patience. Ils ont reçu cette semaine lors d’une cérémonie de distribution dans leurs universités respectives et des mains du ministre de l’Enseignement supérieur en personne, leurs ordinateurs. Et le patron de l’Enseignement supérieur peut enfin exulter en annonçant le calendrier des répartitions « jeudi, nous seront à Douala et ensuite à Buéa. Vendredi nous seront à Dschang et à Bamenda. C’est le deuxième contingent, 100 000. Et ensuite nous attendons le troisième contingent pour aller à Maroua et à Ngaoundéré » a déclaré le professeur Jacques Fame Ndongo qui s’est voulu rassurant eu égard la situation sociopolitique qui prévaut dans le pays et particulièrement dans les régions anglophones « ce sont tous des Camerounais. Nous sommes au Cameroun, nous irons à Bamenda, nous irons à Buéa, on peut rassurer tout le monde. Les IPES Institut privées de l’Enseignement supérieur (IPES) sont tutorés par les universités d’Etat, donc les étudiants des IPES font parties des lots relatif aux universités d’Etat, donc, il n’y a aucun problème » a ajouté le Minsep. Pour mémoire, pour bénéficier de ces ordinateurs, il faut valider son enregistrement biométrique. Ces répartitions s’alignent à celles effectuées les 26 et 27 décembre dernier dans les universités de Yaoundé I et Yaoundé II à SOA.
Search

La pétition qui circule contre la Camwater

Lire le document ci-dessous,parvenu à notre rédaction.

Yaoundé, le 19 Avril 2017

Monsieur le Directeur Régional

CAMWATER

Yaoundé

Réf : 201/DEN/0417

Objet : Mise en demeure de refaire les routes de la capitale Yaoundé

suite aux travaux barbares réalisés sur votre commande

 Monsieur le Directeur,

La fête du 20 mai est généralement un moment de forte fréquentation de la capitale politique du pays. Des étrangers et des citoyennes et des citoyens de l’intérieur, affluent pour des distractions, des contemplations.

Cette année, la capitale est de part en part, piochée, trouée, faite de ruelles et de semblants d’avenues creusées sauvagement. On a l’impression de tranchées des champs de bataille d’Irak ou de Syrie. On ne compte plus les fractures d’adultes et d’enfants, tombés dans ces pièges à ciel ouvert.

Aussi, face à un tel mépris, à une telle désinvolture, la Commission indépendante contre la corruption et la discrimination vous exprime sa profonde indignation, et vous met en demeure de remettre nos voies dans l’état où vous les aviez trouvés. On ne peut pas, on ne saurait, sous l’argument des travaux, mettre la vie des gens en danger, faire preuve d’une telle humiliation.

Rendez donc public les termes de référence du marché que vous avez passé avec l’entreprise qui creuse partout, afin que les citoyens comprennent ce qui se passe. Pourquoi cela n’arrive que chez nous ? L’habitude des marchés truqués et nourris de commissions, nous laisse exactement dans cette situation, le tout avec un dédain à l’égard du citoyen, dont l’avis ne compte jamais.

Rendez à Yaoundé ses rues, qui ne sont pas déjà dignes d’une vraie capitale moderne..

Très respectueusement citoyenne

Pr Jean Claude Shanda Tonme

Le Président de la Commission

SHANDA TONME

Médiateur universel

 Copies : CUY