BREAKING NEWS
Don d’ordinateurs : enfin, des ordinateurs pour les étudiants des universités de Bamenda, Dschang, Buéa et Douala. Semaine émouvante pour des étudiants des quatre autres universités qui ont reçu cette semaine leurs ordinateurs du don du chef de l’Etat. C’est à la faveur de l’arrivée de 100 000 machines pour le troisième contingent. Mieux vaut tard que jamais, est-on tenté de le dire. Les étudiants des universités de Bamenda, Dschang, de Buéa et Douala récoltent le fruit de la patience. Ils ont reçu cette semaine lors d’une cérémonie de distribution dans leurs universités respectives et des mains du ministre de l’Enseignement supérieur en personne, leurs ordinateurs. Et le patron de l’Enseignement supérieur peut enfin exulter en annonçant le calendrier des répartitions « jeudi, nous seront à Douala et ensuite à Buéa. Vendredi nous seront à Dschang et à Bamenda. C’est le deuxième contingent, 100 000. Et ensuite nous attendons le troisième contingent pour aller à Maroua et à Ngaoundéré » a déclaré le professeur Jacques Fame Ndongo qui s’est voulu rassurant eu égard la situation sociopolitique qui prévaut dans le pays et particulièrement dans les régions anglophones « ce sont tous des Camerounais. Nous sommes au Cameroun, nous irons à Bamenda, nous irons à Buéa, on peut rassurer tout le monde. Les IPES Institut privées de l’Enseignement supérieur (IPES) sont tutorés par les universités d’Etat, donc les étudiants des IPES font parties des lots relatif aux universités d’Etat, donc, il n’y a aucun problème » a ajouté le Minsep. Pour mémoire, pour bénéficier de ces ordinateurs, il faut valider son enregistrement biométrique. Ces répartitions s’alignent à celles effectuées les 26 et 27 décembre dernier dans les universités de Yaoundé I et Yaoundé II à SOA.
Search

Plus de 500 nigérians arrivés à Labado et Dabanga

Les responsables du HCR ont lancé depuis le 26 avril 2017,un appel aux donateurs pour un appui à ces populations déplacées qui pour la plupart ne vivent que des vivres distribués.

Nestor Nga Etoga

« Le Haut Commissariat des Nations Unies pour Réfugiés(HCR)  discute avec les autorités camerounaises et les Forces de Maintien de l’Ordre pour apporter l’assistance humanitaire à ce nouveau flux de réfugiés  ayant fui des attaques de la secte terroriste Boko Haram en territoire nigérian »; a appris mercredi,10mai 2017,l’agence lescoopsducamer.com

Le 05 mai dernier à l’Est Cameroun, les sites aménagés de Mbilé et Lolo étaient en joie

Elle a toujours gardé espoir de revoir son frère cadet, un jour… Mais elle ne savait pas quand est ce que son souhait se réaliserait.

“Je n’ai pas pu dormir de la nuit” s’exprime Habiba au micro du journaliste. Elle a de la peine à contenir son émotion. Cela fait trois ans qu’ils se sont perdus de vue. Lui il ne dit rien. Il retient certainement ses larmes. Après tout “il est devenu un homme” dit-elle tout bas. Habba puisqu’il s’agit de lui vivait séparé de sa famille depuis 2014. Il a survécu grâce à l’aide de quelques proches. Depuis ce temps, il était à la recherche des siens. Son jeune âge (14 ans) ne l’a pas empêché de se rapprocher du Comité International de la Croix Rouge en RCA pour retrouver sa famille.

Ce jour est finalement arrivé. Au milieu des siens, le sourire sur le visage, Habba n’a qu’un seul objectif : continuer ses études. Une nouvelle page de sa vie s’ouvre sur le site de Mbilé.

Une heure plutôt, sur le site de Lolo. Les habitants sont réunis sous le hangar habituel. Des enfants accourent à la vue des véhicules qui entrent dans le camp. Le soleil est au rendez-vous. Son intensité n’a pas découragé les curieux. Yaya et Oumarou ne réalisent pas qu’ils verront bientôt leur maman qu’ils n’ont pas vue depuis trois ans. En 2014, leur maman n’avait pas pu les emmener car ces derniers étaient à l’ école. Elle a dû partir précipitamment et a pris avec elle les cadettes.

….les moments difficiles sont désormais derrière et une nouvelle vie commence pour cette famille réunie. Malgré la grande émotion, Aminatou n’a rien perdu de ses habitudes. Une petite calebasse d’eau a été disposée à l’entrée de l’abri pour accueillir tous ceux qui viendraient partager leur joie.