Scènes de sorcellerie dans le canon sportif de Yaoundé

Dirigeants et Sympathisants du club mythique se livrent une lutte acharnée en cette fin de saison.L’enquête de la rédaction.

Par Junior Nteppe Kassi

« Le Canon sportif de Yaoundé n’évoluera pas en Ligue 2 la saison prochaine. Tout simplement parce que le club n’a pas disputé le championnat    d’élite cette saison »; propos de Laurent Justin ATEBA YENE, le président du Conseil d’Administration du Canon Sportif SAOS.

Pour fonder ses propos, le patriarche ATEBA YENE, parle de la gestion laxiste des affaires administratives par la Ligue de Football professionnel du Cameroun (LFPC) qui a autorisé une administration illégale à représenter le club pour le compter de la saison 2016-2017 en Ligue1. Ceci à travers la correspondance N°34/LFPC/PT/SG/17 adressée le 02 février 2017  à Emmanuel MVE par le Président de la LFPC en ces termes « nous venons par la présente vous informer que, conformément à la résolution de la réunion du Bureau du Conseil d’Administration élargie tenue à Yaoundé le 31 Janvier 2017, vous êtes autorisé à affilier le Canon Sportif de Yaoundé pour la saison sportive 2016-2017, pour avoir produit tous les éléments constitutifs liés à l’enregistrement de votre club à la ligue »

Pourtant, à par croire le patriarche, à la suite de plusieurs démarches légales menées, il s’est avéré que le registre de commerce brandi par Emmanuel MVE, le président de l’Association, était faux.

D’ailleurs, le 07 mars 2017, la présidente du Tribunal de Première Instance de Yaoundé Ekounou après authentification dudit document, confirme la thèse sus-évoquée. La situation empire et le 13 avril, le ministre des sports et de l’éducation physique décide de trancher le litige en mettant sur pied un comité d’urgence pour l’encadrement du processus devant aboutir à la création d’une société à objet sportif et à la signature d’une convention liant le Canon association au Canon société. Le délai de deux mois pour l’application de cette décision n’a pas été respecté. Le fonctionnement est resté le même. Le patriarche accuse dès lors le ministère des sports de comploter contre le « vrai canon ». « Le processus n’a pas abouti parce que l’association voulait être majoritaire. Le ministre nous demande de passer outre les règles de droit puisqu’une société existe déjà. Pour le conseil  d’administration que je représente, cela veut dire qu’il y a complot avant même que monsieur SEMENGUE ne soit élu. Ce n’est pas le Canon sportif de Yaoundé qui l’a voté. C’est cette équipe que monsieur MVE avait mise sur pied »

Joint au téléphone, Emmanuel MVE n’a pas voulu se mêler au débat. A ce sujet, il annonce une sortie médiatique officielle dès la fin de la saison. A la Ligue de Football professionnel, tout le monde semble unanime. L’heure n’est pas à s’occuper des « ragots de quartier. Le championnat est à sa phase finale et il faut au mieux, organiser les compétitions  sur le terrain ».

A quatre journées de la fin, le Canon pointe au dernier range du reclassement avec seulement 26 points enregistrés.