BREAKING NEWS
Don d’ordinateurs : enfin, des ordinateurs pour les étudiants des universités de Bamenda, Dschang, Buéa et Douala. Semaine émouvante pour des étudiants des quatre autres universités qui ont reçu cette semaine leurs ordinateurs du don du chef de l’Etat. C’est à la faveur de l’arrivée de 100 000 machines pour le troisième contingent. Mieux vaut tard que jamais, est-on tenté de le dire. Les étudiants des universités de Bamenda, Dschang, de Buéa et Douala récoltent le fruit de la patience. Ils ont reçu cette semaine lors d’une cérémonie de distribution dans leurs universités respectives et des mains du ministre de l’Enseignement supérieur en personne, leurs ordinateurs. Et le patron de l’Enseignement supérieur peut enfin exulter en annonçant le calendrier des répartitions « jeudi, nous seront à Douala et ensuite à Buéa. Vendredi nous seront à Dschang et à Bamenda. C’est le deuxième contingent, 100 000. Et ensuite nous attendons le troisième contingent pour aller à Maroua et à Ngaoundéré » a déclaré le professeur Jacques Fame Ndongo qui s’est voulu rassurant eu égard la situation sociopolitique qui prévaut dans le pays et particulièrement dans les régions anglophones « ce sont tous des Camerounais. Nous sommes au Cameroun, nous irons à Bamenda, nous irons à Buéa, on peut rassurer tout le monde. Les IPES Institut privées de l’Enseignement supérieur (IPES) sont tutorés par les universités d’Etat, donc les étudiants des IPES font parties des lots relatif aux universités d’Etat, donc, il n’y a aucun problème » a ajouté le Minsep. Pour mémoire, pour bénéficier de ces ordinateurs, il faut valider son enregistrement biométrique. Ces répartitions s’alignent à celles effectuées les 26 et 27 décembre dernier dans les universités de Yaoundé I et Yaoundé II à SOA.
Search

Lutte contre Boko Haram:Ce que le Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) a dit à Paul Biya

Les déplacés internes ont par ailleurs remercié la communauté internationale et le gouvernement du Cameroun pour l’aide apportée face aux exactions de Boko Haram à l’Extrême- Nord du Cameroun.

Selon nos confrères du cabinet civil de la Présidence de la Republique du Cameroun: »La délégation des quinze pays membres du Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) en mission dans les pays de la zone du Lac Tchad s’est entretenue avec le Président de la République, Paul BIYA, au Palais de l’Unité, vendredi, 3 mars 2017. Un entretien qualifié de « positif et chaleureux » par les trois coprésidents de la mission, les Ambassadeurs de Grande-Bretagne, de France et du Sénégal ainsi que par leur homologue américaine à l’ONU. Ils ont aussi affirmé que la qualité de cet entretien en dit long sur le rôle du Cameroun pour la préservation de la paix et la promotion du développement.

Revenant tour à tour sur l’importance de cette mission, les quatre diplomates susmentionnés ont relevé son caractère particulier. « La région du Lac Tchad n’a pas eu l’attention qu’elle aurait dû avoir de la part de la communauté internationale. Cette erreur qui est aussi une injustice est réparée », a déclaré, par exemple, l’Ambassadeur de France.

Les Ambassadeurs ont ensuite insisté sur les objectifs de leur mission qu’ils ont déclinés en termes de défis à relever à savoir, le défi de la lutte contre Boko Haram; le défi de l’urgence humanitaire ; le défi du développement. « Nous sommes venus écouter, accompagner et encourager le Cameroun et les autres pays à relever tous ces défis avec la contribution de la communauté internationale», ont-ils indiqué en substance.

Les coprésidents de la mission ont félicité le Cameroun pour son engagement exemplaire dans la lutte contre Boko Haram, l’accueil des réfugiés et les efforts en termes de résilience pour le développement durable ».